Jeu de Rôle Hellfest

Hello Hellbangers,

Nous lançons un projet de Jeu de Rôle Hellfest avec un éditeur spécialisé dans ce domaine. A cette occasion nous recherchons des témoignages de festivaliers pour donner des idées aux scénaristes du jeu (même si ces derniers sont aussi de fervents festivaliers depuis plusieurs années)

Pour compiler ces témoignages, nous ouvrons un salon sur le Discord et le Forum pour vous laisser la parole ! N’hésitez pas aussi à contacter @Seb_Baert en MP si vous préférez garder votre histoire de façon anonyme.

Malheureusement on ne vous en dira pas plus sur le projet ! Patience vous ne serez pas déçus si vous êtes amateurs de jeux de rôle :wink:

Seb recherche en particulier

3 Likes

Bonjour à tous,

Ce que je cherche en particulier :

  • Des anecdotes vécues, que ce soit sur le site, au camping, ou durant votre trajet (en train ou en voiture) jusqu’au Hellfest
  • Des choses qui vous semblent immanquables au Hellfest, qu’il faut avoir vues ou faites au moins une fois pour se prétendre un vrai Hellbanger ! :metal:
  • Des rituels, des petites choses que vous faites chaque fois que vous allez au Hellfest.
2 Likes

L’arrivée

Ma routine d’arrivée est assez simple.
Toujours la veille des concerts, se garer, galérer avec le diable, poser le barda au bon emplacement, boire un bière, monter le camp.
Aller récupérer le bracelet, la clef du casier, passer voir les uns et les autres en remontant au camp évidemment les bières sont fraiches.
Etant la plupart du temps le premier posé à cet endroit du camping, faire le tour des gens qui viennent d’arriver et percevoir la taxe de séjour, les bières sont toujours fraiches.
Descendre en fin d’après midi à l’apéro du Forum avec la ferme résolution d’y aller doucement, remonter au camp après avoir trahi ce serment de ne pas trop picoler, re boire des coups avec les gens du camp, dans ce coin là on se retrouve tous d’années en années, aller se coucher en se disant demain ça va piquer, je ne boirai que de la flotte !

Anecdotes de diables

  • Le diable de rigolo de la première année, la poignée reste dans les mains après quelques chaos dans les champs transformés en camping, tout par terre, des gens déjà installés arrive avec un vrai diable, charge mes affaires dessus et finissent les quatre, cinq cent mètres qu’il me manquait!
  • Le p*** de muret de la départementale, il y a toujours que ce soit à aller ou au retour des gens pour aider le diable chargé, lourdement, à franchir cet obstacle de xxx! :pray:

D’ailleurs à propos de ce muret cette année, lundi matin arrivé au muret, plus personne :scream: , j’attends un peu, un type arrive, ah Pete (Mon vrai prénom en fait)! Bouge pas et paf il m’aide à le porter par dessus le muret. Je me demande d’où ce parfait inconnu sait comment je me prénomme et ça me revient, la vielle sous la drache coincé dans un container de la Valley après Wolvennest avec @Iko, un désoiffeur vient à passer, on se prend une bière, et le type en question a sa cashless à sec en ce dimanche matin, évidemment on lui en a pris une :beer:

1 Like

Mes pérégrinations en train pour aller à Nantes puis le HF :

En 2019, je bosse jusque 16h le jour où je dois prendre le train pour me rendre au Fest.
J’arrive à la gare de ma ville avec un timing très serré. Je regarde ma montre, je me dis « ça va je suis plutôt large… Tiens y a même un vieux train en quai… Ah mais c’est L’orient express. Cool… Y a même des gens en habit d’époque… Bon où est le train pour Paris ? » (j’y ai une correspondance)
Je regarde le prompteur qui affiche les trains, je vois le mien annulé… Bah ouais, en fait l’orient express était en panne et bloqué certaines voies dont celle de mon train… J’ai du attendre le train suivant. Avec un sprint de l’enfer pour faire gare du nord vers montparnasse et métro… 45 min pour attraper le TGV là bas. Bon bah on vide les surrénales pour arriver à temps… J’y arrive sauf que là encore souci de train. Sac oublié sur le quai à côté de mon TGV vers Nantes. Les démineurs arrivent. Encore une heure de retard. Je pars finalement et arrive à Nantes à plus de 1h du matin… Quand ça veut pas, ça veut pas…

Cette année, je reprends le train, pas de souci sur les voies ni dans les horaires. Par contre pas de clim dans le wagon du TGV entre montparnasse et Nantes, les contrôleurs nous donnent des bouteilles d’eau. Il fait plus de 40 degrés dans le train. Un enfer.

Plus soft et plus drôle cette année à côté de la passerelle qui surplombe la nationale :

On est sur le chemin du retour, le dimanche soir après le feu d’artifice. On se dépêche pour éviter d’être bloqués à la sortie du parking Ouest. Arrivés à la passerelle avec les amis, un de nous un peu éméché manque de se vautrer dans les marches en montant… Puis une seconde fois en descendant… Juste avant d’attaquer la dernière montrée dans le chemin de terre vers le parking on décide de s’arrêter pour uriner…
On discute en faisant et j’entends crier « Putain ! »
Je regarde sur ma gauche, et quelques mètres plus loin, l’ami qui avait failli tomber à la passerelle sort d’un petit fossé plein d’orties. Énorme fou rire qui a clôturé notre festival.

1 Like

Hellfest 2019, le dimanche soir, je viens de me faire Emperor suivi de Cannibal Corpse et je m’apprête à enchainer Slayer et Tool. On fait pire comme série !!

Je me dirige vers la MS2 pour voir Slayer, il fait nuit, plein de monde partout et les projos de la scène dans la tronche, je descends un peu plus bas que le bar et je me pose là, pas envie de bousculer tout le monde pour gagner 20 mètres de plus. Je suis plutôt grand (1m83) j’ai une vue dégagée sur la scène, cool.

Le concert de Slayer commence avec leurs rampes de flammes et les écrans géants qui font le tour de la scène, c’est superbe. Quand soudain à la fin de 2ᵉ titre, je vois un mec pile dans l’axe de la scène, 10 mètre devant moi qui lève les 2 mains avec ça au bout ! :face_with_diagonal_mouth:

Résumé

h

Super !!! Le mec m’a pourri la vue avec ses pinces à la con, que j’avais devant les yeux et qu’il claquait chaque fois qu’il était content, et il était souvent content pendant le concert :face_with_raised_eyebrow:

Qu’importe, top concert de Slayer pour ses adieux à la France et déplacement vers la droite pour rejoindre la MS1. Il y a du monde mais moins que pour Slayer, je suis en face de la scène à une petite trentaine de mètres, parfait.

Ambiance fantastique, public plutôt respectueux, à part des mecs juste devant moi, comme par hasard, dont un qui était fière d’exhiber une sorte de truc gonflable en forme de bite qu’il mettait sur sa tête. Génial, c’est vraiment bien de voir ça pendant un concert de Tool :roll_eyes:
Surtout qu’il l’a prêté à un autre gars devant moi et que j’avais une bite gonflable dans l’axe du groupe. Merci les mecs, j’ai vraiment apprécié.

Le concert se poursuit, jusqu’au moment où un gars arrive derrière moi et me bouscule carrément pour passer, alors qu’il y avait la place pour le faire sans trop déranger. Je l’envoie chier et le pousse dans le dos pour lui faire remarquer que je n’ai pas trop apprécié son impolitesse.

Le gars fait 2 mètres de plus et s’arrête discuter avec ses potes, ceux à la bite gonflable.
Génial, un de plus dans la bande de nazes.

Bon, j’oublie les fâcheux et je me concentre sur le concert jusqu’à la fin du morceau suivant ou soudain

Résumé

h

Oui, le mec qui m’avait bousculé était le même avec ses pinces à la con que pour le concert de Slayer !!! :exploding_head:
J’ai cru que j’allais le buter sur place :no_mouth:
Il y avait une chance sur combien que je me tape deux fois ce mec, franchement !

J’en ai une bien si vous voulez:
Mon premier Hellfest en 2013 (j’ai 24 ans a l’époque) et j’y vais avec mon meilleur pote qui est un habitué. On attend Korn devant la MS2 pendant le concert de Kiss sur la MS1. On se retrouve a côté d’une fille et on discute et on se marre. Apres une heure d’attente, le concert commence. La semaine apres le fest, on en rediscute et je dis a mon pote que je m’en veux vachement parce que la fille m’avait beaucoup plu et le courant etait bien passé mais j’avais pas osé tenter d’approche.
Sans me le dire il avait posté des messages sur la page FB et sur le forum pour essayer de la retrouver… Et il a réussi ! Il réussi a chopper son numéro et me l’envoie.
Après un bref echange de messages avec elle, bha en fait c’est mon pote qui l’interessait et ils ont fini ensemble ahahah. Bon ça n’a pas duré tres longtmeps mais j’aime lui rappeler de temps en temps qu’il m’a volé une meuf ahah.

Mon rituel
Pendant le trajet en voiture, essayer de repérer les véhicules ayant la même destination que nous (stickers, look des occupants)

Les immanquables
Les classiques slam, circle-pit, wall-of-death, etc. Découvrir le site le matin à l’ouverture et terminer la journée avec 14-15 concerts dans les pattes. La grande roue, se faire renverser des bières dessus, toussa toussa

Anecdote
HF17 : mon pote et moi venons d’arriver sur le parking. Ayant bien galérer les années précédentes pour transporter nos affaires jusqu’au camping, mon pote a fabriqué un chariot pour nous aider dans cette tache. On charge donc nos affaires, vérifie bien qu’on a tout le nécessaire (matériel de camping, pass HF…). Je met nos pass dans ma poche, et c’est parti ! :+1:
Ça se passe plutôt bien, je dirais même que ça roule … Jusqu’à ce qu’une des roues du chariot casse, puis une deuxième . Pas le choix, obligés de soulever le chariot pour avancer (en + de nos affaires évidemment). Exténués, on arrive à l’entrée du camping. Et là, plus de pass, ma poche est vide. Je comprends que les pass ont du glisser de ma poche pendant le trajet :scream:
Bon là c’est la panique, je cours refaire le chemin en sens inverse, j’interpelle les gens que je croise à base de « Hey z’auriez pas vu des pass Hellfest sur la route ?!» :rofl:
J’ai fini par tomber sur un gars qui me répond « Si si, j’en ai vu. Je les ai ramassés et posés sur le bord de la route ». Effectivement, les pass étaient posés un peu plus loin :face_exhaling:

Moralité : les bracelets expédiés à domicile c’est vachement bien :pray:

Haha on fait le même rituel avec mon Bof depuis deux ans: on compte les tish HF et autres looks de metalleux au niveau de l’aire des volcans de Clermont (une des plus grosse sur le trajet depuis Sainté) :rofl::metal:
Sinon sur place les trucs rigolo c’est souvent les « événements imprévus »:

  • se faire payer une bière lors d’une distribution de pichet de groupe & sympathiser par la même occasion
  • se perdre avec tes potes dans un Circle pit en MS ou suite à un slam
  • ne pas arriver à se retrouver à cause du réseau tel tout pourri ou parce que t’es tellement bourré (ou fatigué) que t’as oublié le point de rdv
  • se retrouver tout seul parce que ton pote a chopé le Covid (#2022.2) et passer la meilleure journée du fest
  • retrouver un mec tout bourré dans ton Van aménagé et qui squatte ton pieu, croire que c’est ton pote pour finalement découvrir que c’est un parfait inconnu au petit matin (histoire vraie arrivée à mon Bof :rofl::rofl:)
1 Like

Mon rituel
Chaque matins, mon petit-déjeuner de champion est immuable: une Grim blanche qui a eu le temps de rafraîchir pendant la nuit, un demi saucisson (mini saucisson sec de Carrefour en vente par trois d’environ 30 cm de long pour 1 ou 2 cm de diamètre) voir 1 entier si j’ai vraiment faim, et un demi paquet de Tucs goût crème & oignon. Oui c’est extrêmement précis, on ne transige pas avec les rituels.
Tout ceci se conclu, suivant l’heure de mon levé, soit par un sejour aux toilettes sèches + retour tente avant d’aller en zone concert pour l’ouverture, soit par un séjour aux toilettes de la MS dès l’ouverture, pour profiter ensuite des premiers concerts avec une pinte de rouge. Le retour hygiénique à la tente se faisant dès que j’ai un slot qui m’intéresse moins, avant un retour définitif sur site jusqu’à 2h du matin.

Les immanquables
Le Brutal caddie
Le camping de plusieurs jours sans se laver (uniquement à la lingette #teamdegueu)
Les rencontres avec les voisins de camping
Le transport du bordel de la voiture au camping L’attente (partout, mais un petit peu, c’est cool)
La marche (partout, beaucoup, c’est moins cool)
Les concerts de fin de matinée, souvent en comité restreint, avec des groupes qui se donnent.
Les grands show de fin de journée, avec souvent des groupes légendaires
Les bénévoles adorables
La musique
Le HF quoi

Anecdotes
Déjà mis une sur le Discord, je vais pas faire de redite, si ça vous intéresse je vous laisserai y faire un tour, c’est pas ultra fun.

Edit pour @emerswordmontei :grin: et les autres curieux anonymes

Une anecdotes moins fun mais qui représente bien l’amour qu’on peut trouver au HF:
2022-1 : je quitte ma Savoie pour 2 week end de métal, et la distance faisant, je dors chez les parents de notre secrétaire qui est originaire de St Herblain. Tout ça pour dire que je laisse femmes et enfants pour 11j alors que mon petit dernier n’a pas un an, ce qui m’a brassé bien plus que je ne l’imaginai. J’ai pour habitude de partir seul (mis à part les covoit) et je m’installe donc seul près du camp bleu avec des voisins visiblement tout aussi fatigués que moi, très calmes, et très « entre eux » pour une fois. Fatigue/famille/solitude, je prend un coup de blues. Après avoir péniblement monté ma tente, je part me chercher de l’eau à l’entrée du camping, et en revenant je passe devant un gros nounours qui distribuait des freehugs aux rares festivaliers qui passaient devant lui sur une petite voie près du camp bleu. J’ai rarement autant profité d’un câlin comme ça, surtout donner par un inconnu (et accessoirement par un homme), et j’ai failli chialer dans ses bras tellement j’ai ressenti de chaleur humaine, et tellement j’en avais besoin. Merci à lui :heart:, j’ai passé une bonne nuit et j’ai bien pu rentrer dans mon fest le lendemain matin.

3 Likes

Ben tout le monde n’a pas Discord :innocent: la curieuse, qui voudrait l’anedocte

Merci, d’avoir satisfait ma curiosité …en plus, c’est touchant et oui, ce qu’ on peut trouver au Hellfest par exemple!
Et un câlin , peut faire plus de bien que les mots, même avec des inconnus, quand on a besoin de se sentir " entouré" dans certaines circonstances.
L’humain n’est pas pur esprit, on a 5 sens qui ont leur importance…et le covid a fait énormement de mal …plus de toucher, peur et même angoisse, et interdiction aussi! Quelqu’un de malade a besoin qu’on lui tienne la main, une caresse rassure …
Donc, pas de pudeur à avoir par rapport à ce besoin :wink:

1 Like

Bonne année à tous, merci pour vos témoignages, c’est exactement ce qu’il me faut, ils vont m’être très utiles. Si vous avez des potes qui ont plein de choses à raconter, n’hésitez pas à les faire venir ici ou sur le Discord du HF !

Hellfest 2019. Ma petite vient d’avoir un an (je l’allaite encore, mais je ne raconte pas cette partie de mon week-end qui risquerait d’être modérée). Cela fait donc un an que je galère entre mes enfants, ma maison en travaux et le boulot : j’ai besoin d’une pause, une vraie, tellement je n’en peux plus.
Mon mari me dit donc d’aller au Hellfest, ce sera le premier fait en solo pour l’un de nous. On organise la logistique en faisant venir un couple de potes à Carcassonne pour aider Môsieur Valhalla. Je trouve un pass et un covoiturage depuis Carcassonne pour partir en pèlerinage. Je sais que j’y retrouve nos copains de camp et un couple d’amis quasi voisins à qui on a transmis la fièvre de cette participation annuelle. Je prévois donc de rentrer en covoiturage avec eux. Et c’est là que ça se complique !
Lundi 24 juin, le moment du départ approche. Il bruine. Je me lève à 7h (couchée à 4h) pour démonter ma tente et rejoindre mes amis qui ont un logement chez l’habitant au Sauzay. On a rendez-vous à 9h, je prévois 30 min de marche avec tout mon bardat… sauf que je n’ai jamais trouvé le chemin indiqué, même avec mon GPS. Je retourne donc au camp, le chef étant un habitué du site et un ancien militaire, je suis convaincue qu’il va me sortir de ce mauvais pas. On a tourné plus d’une heure sous la pluie. Le chemin que je n’ai jamais trouvé étant celui qui longe la D149 pour circuler de manière plus sécurisée. L’arrivée à la maison qui loge mes amis a été vécue comme une grande victoire. Nous sommes partis à 11h.